Cap au sud du sud

Sicile épisode #2 : Retour sur notre séjour à Scicli, ville du sud protégée par l’UNESCO

Elle n’a l’air de rien. Elle se niche entre des collines escarpées juste sous Modica et se fraie un passage jusqu’à la mer. Dans ses ruelles étroites, on n’entend que de l’italien, du sicilien abrupte marmonné, on ne voit que des peaux tannées par le soleil. Épargnée par le tourisme international, préservée par l’UNESCO, la ville de Scicli recèle bien des trésors.

jjsphere_pics_sicile-scicli13

Le centre-ville baroque s’arpente à pied. La journée, tout est calme et presque désert, le soleil écrase les placettes et il fait bon se réfugier au frais dans les églises. Sur les pavés de la Piazza Italia ou du Corso Garibaldi, devant l’Hôtel-de-Ville, pas une âme qui vive.

jjsphere_pics_sicile-scicli1 jjsphere_pics_sicile-scicli2 jjsphere_pics_sicile-scicli3

Au détour de virages escarpés en se baladant dans les petites ruelles en pente, les charmes typiques de la ville à flanc de rocher se dévoilent : un promontoire, une maisonnette en ruine, des pots bien entretenus qui naissent devant une vieille porte. Si la promenade se prolonge dans la campagne, sur les hauteurs, les chiens de garde vous font savoir qu’ils protègent les propriétés et des bufflonnes malingres tentent de brouter les quelques herbes sèches à leur portée.
À pied ou en voiture, allez à la découverte du couvent Santa Maria della Croce, paisible bâtisse restaurée qui accueille ses visiteurs dans son cloître ombragé ou dans la petite chapelle parfois théâtre de concerts estivaux. C’est d’un calme olympien et la vue sur toute la ville en contrebas est magnifique.

jjsphere_pics_sicile-scicli12 jjsphere_pics_sicile-scicli11 jjsphere_pics_sicile-scicli10

En fin de journée, comme des centaines de grillons, les humains sortent de leurs trous et se rassemblent sur les places et les terrasses. La ville prend vie et s’anime avec fougue et éclats de voix. Les boutiques ouvrent leurs portes et les restaurants exhalent des odeurs alléchantes. Ce soir, ça sera pizza ! À la MoscaBianca, aucune déception n’est permise. Les pizze sont nombreuses et réussies, qu’elles soient traditionnelles ou originales. À l’intérieur, de jolies tables nappées et à l’extérieur, de l’autre côté de la route, une terrasse secrète. Une cour intérieure et sa fontaine cèdent leur espace aux gourmands pendant la belle saison. Nous ne résisterons pas à une petite friture de la mer et à la caponata au chocolat de Modica du chef pour patienter, avec un verre de Grillo.

jjsphere_pics_sicile-scicli20 jjsphere_pics_sicile-scicli21 jjsphere_pics_sicile-scicli16

Deux salles voutées, deux terrasses sur les rues piétonnes, Rita Russotto a fait du Ristorante Satra une adresse à ne pas louper. Service impeccable, vins absolument délicieux, pain fait maison à tremper dans une huile d’olive richement parfumée, poissons et fruits de mer frais délicatement assaisonnés pour ne pas en dénaturer les saveurs, nous avons grandement apprécié les recettes que Rita a élaborées avec son co-chef Emanuele Di Stefano. Ils revisitent ensemble les plats typiques siciliens avec finesse et nous ne pouvons que vous conseiller le Sgombro affumicato con crema di peperoni, un délice.

jjsphere_pics_sicile-scicli5 jjsphere_pics_sicile-scicli6

Une très bonne table découverte par hasard parce que les pizzerias étaient complètes. Parce qu’il ne faut pas se fier aux apparences, les rues sont bondées le samedi soir, les promeneurs, les fêtards, les amis, les touristes et les familles s’installent sur toutes les places et il n’est pas possible de se mettre quelque chose sous la dent avant 22h sans avoir pris la peine de réserver au préalable. Nous n’avons eu absolument aucun regret !

jjsphere_pics_sicile-scicli4 jjsphere_pics_sicile-scicli9

Bien mangé, bien bu, peau du ventre bien tendu, nous amorçons une promenade digestive au bord du canal. Nous glanons du coin de l’oeil les noms d’autres restaurants à tester, dans des grottes ou des renfoncements, nous nous faufilons entre les badauds et pénétrons ici dans une boutique de céramique traditionnelle, là dans un magasin de souvenirs. Jusqu’à Quam, galerie d’art moderne dans un décor de pierres qui vaut le détour. Un cadre incroyable pour une sélection intéressante sur fond de musique classique. Elle n’a l’air de rien cette ville… mais…

jjsphere_pics_sicile-scicli18 jjsphere_pics_sicile-scicli17

Nous n’oublierons évidemment pas ce qui fait tout le charme et la réputation de la Sicile : le cannolo. Pâte qui rappelle les merveilles du carnaval mais plus brunes et parfumée à la cannelle, elle est fourrée de crème ou, mieux, de tricota sucrée et parfumée, un vrai délice. Le cannolo se retrouve dans tous les boui boui et sur toutes les devantures, goûtez-le comme dessert au Satra (il nous restait une toute petite place…), il est parfait, ou faites-vous une douceur en journée, à vous en relever la nuit, à la Dolceria Giannone… Il sera toujours temps de faire du sport à la rentrée…

 

ENJOY THE SUMMER !

Cet article vous a été concocté par le blog JJSphere :
les bons plans, où sortir à Genève et les voyages des blogueuses Josiane & Josette !

Laisser un commentaire / Post a comment