Nature en scène

Marché de fleurs et de saveurs… et plus encore

Dis Josette, on va à Vich ? Quand Josiane a ce genre de sortie, on se doit de dresser haut les antennes à décrypter le faux semblant. Grande connaisseuse du Canton de Vaud, la dernière fois qu’elle s’est aventurée hors des frontières du centre-ville de Genève on était à deux doigts de la retrouver en position foetale derrière un cep de chasselas après deux jours à tourner en rond dans la campagne, son GPS ayant rendu l’âme dans un dernier « rejoignez l’itinéraire ». Dès l’aéroport de Cointrin, c’est le drame, elle confond Bulle et Mie, prend Morges pour Vevey et aurait finalement meilleur temps de traverser le lac à la nage (c’est plus sûr). Du coup, quelle étrange idée lui passe dans le ciboulot ? Elle soutient qu’elle a entendu parler d’un petit coin de paradis pas loin de Gland : Nature en Scène.

jjsphere_pics_nature-en-scène3

(suite…)

Trajectoire jusqu’au jardin

De la terre à l’assiette, les jardins de Trajets sont ouverts

Vous l’avez certainement déjà compris, nous ne sommes pas des reines du Do it yourself. Même pas des princesses d’ailleurs. Eventuellement, vaguement, indistinctement, peut-être de vagues baronnes troisièmes du nom, et encore, ça dépend de l’activité.
Si vous demandez à Josette de vous confectionner un origami ou un château en carton, illustre demeure des fameuses reines du bricolage, vous risquez fort de vous retrouver avec les rouleaux de papier toilettes (qui servent en principe à faire les tours de guet) dans les narines.
Pareil si vous espérez que Josiane prenne soin de vos plantes. Tout être végétal qui se respecte se condamne, fait hara kiri à l’approche des doigts fébriles et inexpérimentés de dame Josiane. Même si elle se vêt d’une salopette de jardinier et enfile des gants, la verdure ne s’y trompe pas. C’est la raison pour laquelle nous ne tarissons pas d’éloges pour ceux qui se dévouent dans l’art du maraîchage pour que nous puissions garnir nos tables d’herbettes et de légumes frais et sains. Et puis quand utilisateurs et bénéficiaires y trouvent leur compte dans une formule win win, nous applaudissons des deux mains (on vous avait déjà parlé de l’absurdité de cette expression il nous semble… allez applaudir d’une seule main…). Depuis 1975, c’est ce que font les Jardins Trajets. Visite.

jjsphere_pics_trajets-jardins7

(suite…)

Le détail est dans la technique

Les anges gardiens de nos événements

Il n’y a pas de mise en lumière sans lumière. Et du coup, il n’y a pas de lumière sans ampoules, sans prises, sans câbles, mais surtout, il n’y a pas de lumières sans un être en chair et en os jouissant d’une dextérité manuelle fine pour appuyer sur l’interrupteur. Il n’y a pas de musique non plus sans que les branchements ne soient adéquatement faits, sans que l’œil avisé d’un professionnel ne se soit immiscé dans les jacks. Parce qu’il ne faudrait pas confier ça aux JJ… à moins de faire une Silent Party dans le noir complet (et on exagère à peine). C’est pour ça que nous avons Fanny, et puis Maxx aussi.

jjsphere_pics_vitrine-technique1

(suite…)

JJ & the crazy shopping

Dans la famille JJ, il y a le shop aussi

Cette semaine, on se la joue « me, myself and I » au cas où vous ne l’aviez pas remarqué. On devrait tous de temps en temps se jeter des fleurs pour les petits pas que nous faisons. C’est aussi l’occasion pour nous de parler de ces artisans et artistes que nous affectionons tant. Au fil des rencontres, nous apprenons, découvrons et partageons des univers eclectiques. C’est dit, on aime profondément notre métier (c’est un métier JJ ?) et on espère que cela se ressent dans nos écrits, nos photos, nos films et aussi nos coups de gueules.
Après les articles, il y a le live et ensuite les trouvailles des JJ sont catapultées sur le JJShop. Ben oui.

(suite…)

Ecrin de douceur

Vadrouille #2 – Chambre d’hôte magique

Est-ce que c’est une question d’âge ? Tentes de camping à même le sol, caravanes, arrière de voiture, hutte dans la jungle (avec des cochons sous le plancher), plage de sable moyen-fin, champs, chemin de terre, igloo et puis toutes sortes d’hôtels miteux, de dortoirs surpeuplés et d’auberges de jeunesse, les lieux dans lesquels nous avons pu dormir sont innombrables (et parfois innommables). Mais là… va savoir pourquoi… il suffit. Pour le dos, la nuque, les rêves, la tête surtout, on a besoin d’une base de confort. Pas trop, pas de quoi fouetter un chat, non, juste propre, beau, accueillant, qui sent bon, qui a une belle vue, un bon petit-déjeuner… la base, quoi. Si Josette est plutôt hôtels, Josiane aime se perdre chez l’habitant. Mais pas n’importe où ni n’importe lequel. Elle recherche des petits bijoux, des chambres surprenantes, des chambres charmantes. LA Chambre Douce.

jjsphere_pics_chambre-douce9

(suite…)