Escapade à Ragusa

Sicile épisode #4 : Une journée à Ragusa, entre château et gastronomie

Parfois, on aime bien se prendre pour ce qu’on n’est pas. Pas se prendre mais être prises, dans le sens de « considérées »… évidemment. Se balader en crinoline dans les allées verdoyantes d’un château avant de se faire servir un repas gargantuesque et divin ? Se faire une journée à la Marie-Antoinette (sans la fin) ? Oui, pourquoi pas ! Et vous vous doutez bien que les vacances n’échappent pas à cette règle. Si ce n’est qu’avec cette chaleur, on se passerait bien de la crinoline et de la perruque à bouclettes blanches, c’est possible ?

jjsphere_pics_sicile-ragusa10

La commune de Ragusa est vaste et s’étend des hauteurs campagnardes jusqu’à la mer, de la ville de Ragusa à la Marina et son port de pêche et de plaisance. Et même si le nom est le même, il n’a absolument rien à voir avec la barre noisetée, pralinée, chocolatée que nous dégustons goulûment en Suisse. Non, ne rêvez pas, elle ne pousse pas sur les arbres en Sicile. Non. En revanche, il y a de quoi vivre plusieurs journées mémorables, tellement il y a de choses à faire, que vous soyez plutôt plage ou visite, épicurien ou/et (parce que ce n’est pas incompatible) sportif, vous trouverez votre bonheur. Nous, JJ que nous sommes, nous avons vécu la vie de château. Une journée. En commençant par visiter Il Castello di Donnafugata, fleuron des aristocrates siciliens qui se sont succédés dans cette maison de campagne à travers les siècles.

jjsphere_pics_sicile-ragusa4 jjsphere_pics_sicile-ragusa2

Succession de styles, de pièces aux fauteuils décrépis et aux tentures d’origine qui racontent l’histoire du lieu et de ses habitants. Dentelles, chapeaux et chaussures témoignent également du temps qui passe. La visite est assez rapide et nous finissons par sortir dans les jardins du château où nous sommes accueillies par une troupe de théâtre fêtant Pirandello. Et ce qui était peut-être un peu tristounet à l’intérieur prend une toute autre dimension. Le parc est absolument magnifique avec ses palmiers, ses amphores, ses arbres aux troncs gigantesques, ses terrasses et ses fontaines. Nous passons un bon moment à nous perdre dans le labyrinthe de pierre et entre les haies de romarin avant de quitter le jardin de Donnafugata. Nous sortons par l’entrée principale, prolongée par une allée bordée de maisons en ruine. Des oies nous disent au revoir avant de se réfugier dans l’enclos de magnifiques bufflonnes brunes. Ce n’est peut-être pas une bonne idée Mesdames…
Next stop : Ragusa.

jjsphere_pics_sicile-ragusa3 jjsphere_pics_sicile-ragusa5

La ville de Ragusa s’accroche à la roche et se divise en deux parties distincte, le centre historique et la ville contemporaine. Sur Ragusa Ibla, il fait bon se perdre dans les petites rues qui grimpent et qui descendent où tout est beau à regarder. Au sommet, outre le Dôme qui se dresse majestueusement, on découvre nombre de terrassettes sur les toits, minuscules havres de paix ouverts sur le ciel et les falaises escarpées. Au coucher du soleil, c’est romantique à souhait et on rêverait de s’en approprier une. Ce qui n’est d’ailleurs pas tout à fait impossible puisque de nombreuses terrasses appartiennent à des hôtels…

jjsphere_pics_sicile-ragusa6 jjsphere_pics_sicile-ragusa12

Encore un escalier… Grimpe, grimpe petite gambette, muscle, muscle petite fesse (ça s’appelle la méthode du « si je le dis et que j’y crois, ça arrivera »). Et là, c’est le drame. Un gentil Monsieur nous tend une petite cuillère en plastique surmontée d’une pâte verdâtre. À quelques minutes de se taper la cloche chez l’un des meilleurs cuisiniers de l’île, on n’a pas envie de se couper l’appétit. Mais les JJ sont polies, alors les JJ goûtent. Et les JJ resteront 20 minutes dans la cour fleurie du Caelum Hyblae Bed&Breakfast pour se procurer des pots de cette espèce de mixture qui s’avère être de la crème de pistache. Le petit Jésus en culotte de velours dirait ma Grand-Mère (enfin, je crois que c’est l’expression qui convient à la situation). Une tuerie diraient les jeunes. « Un petit verre de vin d’amande pour patienter ? » a dit Josiane.

jjsphere_pics_sicile-ragusa7 jjsphere_pics_sicile-ragusa8 jjsphere_pics_sicile-ragusa9

Ça y est, nos papilles salivent, nos estomacs crient famine, nous sommes fin prêtes à passer la porte de l’antre de Ciccio Sultano, doublement couronné par Michelin, qui nous attend dans son Duomo (oui, oui, il nous attend avec impatience). Dans une petite rue pavée se dresse discrètement le Palazzo La Rocca qui accueille désormais ses hôtes dans ses différents salons cosy transformés en salles à manger intimes et confortables. Nous avons presque l’impression de voir apparaître Marcello (pour les cinéphiles incollables)…
Giuseppe Di Franca nous installe et le voyage gustatif commence.

jjsphere_pics_sicile-ragusa13 jjsphere_pics_sicile-ragusa14 jjsphere_pics_sicile-ragusa19

Nous choisissons le menu dégustation, pas Movimento (un peu de mesure, tout de même), mais Siquilia, avec l’accord mets-vins. Valentina Cinti, après nous avoir proposé les cocktails originaux du chef, nous présente les bouteilles que nous allons tester avec passion. Elles les connaît toutes sur le bout des doigts et les raconte avec style et malice.

jjsphere_pics_sicile-ragusa15 jjsphere_pics_sicile-ragusa17 jjsphere_pics_sicile-ragusa18 jjsphere_pics_sicile-ragusa20

Terre et mer se succèdent dans nos assiettes et nous sortons de là repues et heureuses. Mentions spéciales pour la salade de la mer et son émulsion d’huile d’olive et carapaces, les spaghetti Taratatà à la boutargue de thon et jus de carotte, le sorbet à la truffe en entre-mets et puis l’hommage au citron sicilien en tartelette et granita, à s’en relever la nuit.
Il ne nous reste plus qu’à déambuler dans Ragusa Ibla by night. Ça parle français, les enfants courent dans tous les sens, les vecchietti sont installés sur leurs chaises en plastique et observent cette valse de vie en silence. Même les boutiques de souvenir ont vêtu leurs plus beaux atours et font briller les céramiques à coup de néons et autres LED colorés. Pop.

jjsphere_pics_sicile-ragusa21 jjsphere_pics_sicile-ragusa24 jjsphere_pics_sicile-ragusa25

Les Cendrillon que nous sommes ont repris leur calèche qui s’est finalement (évidemment…) transformée en citrouille. Moche. Mais on garde un petit goût de reviens-y dans le coeur.

ENJOY THE SUMMER !

Cet article vous a été concocté par le blog JJSphere :
les bons plans, où sortir à Genève et les voyages des blogueuses Josiane & Josette !

Laisser un commentaire / Post a comment