Recettes à domicile

Ingrédients frais pour recettes savoureuses livrés à domicile

Quelle est la question qui revient le plus fréquemment dans une vie ? Peut-être après « mon beau miroir suis-je la plus belle, rétro-rétro suis-je le plus beau ? » mais pas loin derrière. Est-ce que vous ne vous demandez pas tous les jours, systématiquement, désespérément, avec désappointement : « Qu’est-ce que je vais faire à manger ce soir ? ». Qui est en fait la version littéraire et édulcorée du : « Qu’est-ce que je vais BIEN pouvoir faire à becqueter (ou tout autre mot en « B ») ENCORE ce soir (suivi d’un paquet d’autres mots dont l’orthographe nous échappe) ! ». Vous remarquerez également que cette interrogative se termine par un point d’exclamation, car on sait bien que personne ne va décemment répondre à cette question mais en revanche, c’est une phrase qui est plus éructée que joliment terminée avec une petite voix fluette et posée.
Il nous/vous/leur/et tous ceux qui le veulent fallait une solution, une alternative à la prise de chou, une bonne idée. Un concept qui va au-delà de la récurrente inconnue quotidienne. Une voie beyond, Beyond Food.

jjsphere_pics_beyond-food1

(suite…)

Tapis sur le 23

Un bistrot planqué au numéro 23 de la Coulouvrenière

On nous a donné rendez-vous au Quai 21. Il y a un numéro et un mot, avec un indice : c’est proche de l’Usine. Ça peut paraître très énigmatique mais quand on sait (ouf ! au moins ça !) que c’est à Genève, l’indice est d’une très grande valeur car il n’y a pas à tergiverser entre la manufacture de manteaux pour chihuahua ou la fabrique de roulements à billes, l’Usine, c’est un repère nocturne. Du coup, le quai… Nous découvrons un resto, mais c’est au numéro 16 et puis il faut traverser le Rhône à la brasse. C’est pas ça. Il y a alors trois hypothèses : on a voulu nous poser un lapin avant même d’arriver au lieu du rendez-vous, notre rencard connaît des établissements clandestins bien cachés que nous (honte et déshonneur !) ne soupçonnons pas ou, et c’est quand même ce qui est le plus probable, nous allons retrouver quelqu’un qui est aussi doué que Josiane pour inventer des noms saugrenus. Et c’est là que nous bénissons Google, Internet et les Geek du CERN qui ont un jour crié « Eureka » ! Parce qu’après une recherche approfondie, nous optons – À ce stade et compte tenu du nombre d’inconnues dans l’équation, nous sommes obligées d’opter. – pour le Bistrot 23. Rien à voir.

jjsphere_pics_bistrot23_1

(suite…)

Trajectoire jusqu’au jardin

De la terre à l’assiette, les jardins de Trajets sont ouverts

Vous l’avez certainement déjà compris, nous ne sommes pas des reines du Do it yourself. Même pas des princesses d’ailleurs. Eventuellement, vaguement, indistinctement, peut-être de vagues baronnes troisièmes du nom, et encore, ça dépend de l’activité.
Si vous demandez à Josette de vous confectionner un origami ou un château en carton, illustre demeure des fameuses reines du bricolage, vous risquez fort de vous retrouver avec les rouleaux de papier toilettes (qui servent en principe à faire les tours de guet) dans les narines.
Pareil si vous espérez que Josiane prenne soin de vos plantes. Tout être végétal qui se respecte se condamne, fait hara kiri à l’approche des doigts fébriles et inexpérimentés de dame Josiane. Même si elle se vêt d’une salopette de jardinier et enfile des gants, la verdure ne s’y trompe pas. C’est la raison pour laquelle nous ne tarissons pas d’éloges pour ceux qui se dévouent dans l’art du maraîchage pour que nous puissions garnir nos tables d’herbettes et de légumes frais et sains. Et puis quand utilisateurs et bénéficiaires y trouvent leur compte dans une formule win win, nous applaudissons des deux mains (on vous avait déjà parlé de l’absurdité de cette expression il nous semble… allez applaudir d’une seule main…). Depuis 1975, c’est ce que font les Jardins Trajets. Visite.

jjsphere_pics_trajets-jardins7

(suite…)

Tout doux tout choux

Des choux à tous les goûts pour tous les goûts directement chez vous

Vous êtes choux vous ? Parce que nous, on est chou. Enfin, surtout Josiane. Josette est dubitative. Elle n’est pas plus macaron que chou, elle est tarte. Mais ça ne se fait pas de dire que Josette est tarte. Alors on simplifie, on dépersonnalise, on met « on ». Et on est chou, oui. Mais pas chou feuillu, chou fleuri ou chou frisé, plutôt chou sucré, chou fruité, chou passionné. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvées dans la cuisine-laboratoire gigantesque et absolument sublime du duo le plus chou du canton : Be Choux. To be or not to be choux, c’est tout à fait la question du jour.

jjsphere_pics_be-choux10

(suite…)

Tapioca ou Quinoa ?

Crêpes roses dans les rues basses

Passées maîtresses dans l’art de la culpabilité, les (jeunes) femmes que nous sommes tentent désespérément de ne pas se laisser empoisonner par les grandes lignes du trend « prenez soin de vous ou vous le regretterez ». Des fois, ça marche, mais d’autres, nous nous surprenons, branche de bouleau fringuant en main, en train de flageller nos dos recourbés soumis à la sainte mère nature nourricière et sans gluten. Y a-t-il un moyen de mixer alimentation raisonnable, saine et équilibrée avec plaisir et convivialité ? Nous avions bon espoir en grimpant les étages du Bon Génie. Nous avions entendu parler d’une tribu de demoiselles sauvages bien décidées à pimenter la diététique des citadines. Wild Girls on nous a dit. Mais. Il y a toujours un mais…

jjsphere_pics_wild-girls2

(suite…)