Sors ! Sors ! SORS !

Escape Game à Vernayaz, dans la vallée valaisanne vivante et verdoyante

Josiane est détendue. Josette est détendue. Les vacances ont fait leurs preuves à tel point que la mollesse se ferait presque sentir. Les esprits sont décontaminés, les rêves refont surface, le sommeil est moins lourd et dure jusqu’à des heures absolument indues. Ce n’est pas mal l’été non ? Les JJ sont relax. Trop ? Peut-on l’être trop ? Faut-il se ressaisir et se faire un shoot d’adrénaline pour refaire fonctionner la locomotive ?  Lancer une décharge pour que les circuits se remettent à transmettre leurs informations à vive allure ? Vraiment ? C’est une demande officielle ? Il n’en faut pas plus à Josiane pour trouver une idée saugrenue qui fasse turbiner jambes, cerveaux, doigts agiles et neurones endormis : un bon vieux jeu ! Une dose de frayeur, une lampée d’astuce, une louchette de stress, une pincée de sursauts, un rien de réflexion et une once de franche camaraderie, c’est à peu près ce que propose Escape World.

jjgeneva_pics_vernayaz4

(suite…)

C’est la p’tite bête qui monte

L’exposition temporaire du Muséum de Genève sur les fourmis vaut le détour des JJ

Genève pluvieuse mais Genève heureuse. Parce qu’elle est fière, Genève, de ne pas avoir froid aux yeux, de ne pas avoir peur de s’attaquer à ce qui rampe, ce qui grouille, ce qui grimpe, ce qui creuse. Oui, elle n’a pas peur de remplir les salles obscures de son Muséum à chaque apparition nuageuse avec des hordes d’enfants humidifiés voire détrempés. Elle ne craint pas de parler de larves, de pattes, d’antennes et de mandibules à des citadins trop civilisés pour supporter que d’autres espèces, même les plus microscopiques, s’attaquent à leur sandwich ou s’infiltrent dans leur salle-de-bain. Même si le béton laisse peu de place à l’expression animale, les enfants des villes savent néanmoins à quoi ressemble une girafe, un phacochère, une mangouste ou un dodo, un vrai, grâce à cette institution qui a vu grandir plusieurs générations de petits d’homme. Et depuis le mois de mai, à l’instar de l’odeur du musée que chaque genevois saurait reconnaître entre mille, la fourmi n’a plus aucun secret pour personne.

jjsphere_pics_museum-fourmis5

(suite…)

À la pointe de la Jonx

La buvette du citadin en slip de bain

Quand les pectoraux luisent, les fessiers saillent, les tresses dégoulinent et le fluo se porte avec fierté et nonchalance, on sait que la plage n’est pas loin. Ça sent le Piz Buin à plein nez, les rougeurs apparaissent sur les épaules des moins prudents, les serviettes s’entassent et les humains s’agglutinent. Ce qu’il ne faut pas faire pour avoir droit à son petit bain de soleil annuel ! Sachez néanmoins qu’il n’est point nécessaire de faire des bornes sur l’A7 (Autoroute du Soleil encore méconnue de Charles Trenet) pour tremper l’orteil et arpenter les rives. À Genève, c’est possible aussi ! Et il y a même la cabane de plage, À la Pointe ! Ça manque peut-être juste de chichis, chouchous.

jjsphere_pics_la-pointe1

(suite…)

Wedding, Tattoo & Pictures

JJ découvre une photographe de mariage pas comme les autres, Monika Breitenmoser.

Une jolie jeune femme s’approche de nous dans un café de Nyon. Elle se présente avec ses lunettes de première de classe : « Les JJ ? Je suis Monika ». Comment a-t-elle fait pour nous reconnaître du premier coup ? C’est rare. Elle nous répondra que c’est son métier de découvrir, d’observer, de décrypter les gens.

jjsphere_pics_monika-breitenmoser1

(suite…)

Disproportions au haras

JJ en visite au Haras National d’Annecy : drinks et expo de Lilian Bourgeat

Ahahahahahaha ! Vous ne pensiez tout de même pas que nous allions faire du cheval ?! Avec une allergique et une autre qui manque un peu de rembourrages fessiers, ce n’est pas exactement l’activité que nous pratiquons allègrement régulièrement. D’autant plus qu’il faut enfiler des pantalons, pis des bottes, pis une bombe, pis il fait trop chaud pour tout ce harnachement. Pour les chevaux, s’entend. Vous imaginez devoir porter une Josiane qui se trémousse et une Josette qui éternue ? Ou l’inverse ? Pauvres bêtes. Non. Quand nous allons au Haras, c’est à Annecy. Et faute d’y croiser Scarlett et Rhett, nous y passons un moment à flâner, siroter, admirer, apprendre.

jjsphere_pics_annecy-haras1

(suite…)