Fondue sur les cimes

Les JJ font tourner leur pain au-dessus de Verbier sur la terrasse ensoleillée du Namasté

Tous ceux qui crient au sacrilège quand on ose évoquer du fromage fondu en été, ce ne sont pas des Valaisans, pour sûr. Il n’y a pas de saison pour la raclette, il n’y a pas de saison pour la croûte, il n’y a pas de saison pour la fondue. Est-ce que c’est compris, ou comment ?
Quand on gravite dans la vallée, on peut effectivement être excusé car la chaleur manque un peu de brise de cime pour que l’envie de tremper son pain se fasse sentir. Et puis, il n’y a pas la vue. Il faut des sapins pour une fondue. Et si possible une bonne marche avant pour creuser et une après pour compenser. En bref, il faut prendre de la hauteur.

jjsphere_pics_namaste3

(suite…)

L’élégance est dans la mousse

Une bière genevoise à déguster dans un verre à pied

On peut être Geek et épicurien. On peut être savant et fin gourmet. On peut être chimiste et mondain. On peut être barbu et enchemisé. On peut être Josiane et Josette. Même si ça, c’est fichtrement tordu. Et que ça n’a plus aucun rapport. Quoique.
L’oreille titillée, la curiosité éveillée par leur étiquette imagée sans être trop démonstrative, nous avons voulu en savoir plus sur les créateurs de la bière qui n’a de Minuscule que le nom. Sans omettre un détail qui pourrait avoir toute son importance : Josiane&Josette n’aiment pas la bière.

jjsphere_pics_minuscule6

(suite…)

Ode au calme

Une terrasse confidentielle au coeur de Carouge

Ça ne vous est jamais arrivé d’avoir envie de vous extraire du tourbillon pour quelques instants (et même un peu plus) ? Pas du tourbillon de la vie, que Jeanne a malheureusement quitté, mais de la tempête urbaine, du cyclone automobile, de l’ouragan citadin bruyant ? D’un coup, on se croit les heureuses habitantes du centre de New-York ou de Hong Kong, d’une grande ville fourmillante en ébullition et dont les décibels font trembler les vitrages. Euh… Non. Nous sommes au bord du paisible lac Léman. Comment oser articuler le besoin de se mettre au calme et au vert alors que le trafic humain reste des plus mesurés ? Ben quoi ? On ne peut pas se comporter en enfant gâté ? On n’a pas le droit d’avoir envie de s’isoler dans une courette très modérément peuplée pour une parenthèse ? Ô Calme, quoi ?!

jjsphere_pics_o-calme2

(suite…)

Fais chanter ta viande

Quand l’Argentine s’invite sur les grillades de l’été

Quooooiiiiiiiiiii ?! Vous osez faire l’affront à votre morceau de boeuf de le servir avec une lichette de moutarde Amora ? Quoi ! Après l’avoir vu tressauter sur le grill, transpirer ses saveurs, faire perler ses sucs, déchaîner ses odeurs, vous osez ? Et encore, vous avez fait un effort, ça pourrait être pire (nous ne saurions articuler, ébaucher le début du commencement du pire). Ayez un peu de respect pour votre boeuf qui vous fait l’honneur de garnir votre assiette et de réjouir vos barbecues, mortecouille (et tous les diables qui vont avec) ! Surtout, pas de lourdeurs, pas de crème, pas de sauce qui couvre les arômes, juste de quoi relever, de quoi faire saliver, de quoi faire revenir un végétarien sur sa décision… Un chimichéri, un chimijoli, un chimichurri. et puis c’est tout.

jjsphere_pics_chimichurri1

(suite…)

À la pointe de la Jonx

La buvette du citadin en slip de bain

Quand les pectoraux luisent, les fessiers saillent, les tresses dégoulinent et le fluo se porte avec fierté et nonchalance, on sait que la plage n’est pas loin. Ça sent le Piz Buin à plein nez, les rougeurs apparaissent sur les épaules des moins prudents, les serviettes s’entassent et les humains s’agglutinent. Ce qu’il ne faut pas faire pour avoir droit à son petit bain de soleil annuel ! Sachez néanmoins qu’il n’est point nécessaire de faire des bornes sur l’A7 (Autoroute du Soleil encore méconnue de Charles Trenet) pour tremper l’orteil et arpenter les rives. À Genève, c’est possible aussi ! Et il y a même la cabane de plage, À la Pointe ! Ça manque peut-être juste de chichis, chouchous.

jjsphere_pics_la-pointe1

(suite…)