N’en croyez pas vos yeux

Tous les artistes de la vitrine JJ

Nous avons de la peine à tenir notre langue et à ne pas divulguer toutes les surprises que vos yeux vont découvrir lors de la nouvelle Vitrine JJ de vendredi. Dans un cadre verdoyant, pas moins de 13 artistes exposeront et se produiront juste pour vous. Ils ont tous fait l’objet de nos lumières dans les mois qui ont précédé cette soirée. Ils font partie de nos coups de coeur et c’est la raison pour laquelle nous avons souhaité vous les présenter en chair et en os. En attendant vendredi (plus que 2 petits jours les cocolets), permettez-nous (et si vous ne le faites pas, nous nous permettrons quand même puisque nous ne sommes jamais mieux servies que par nous-mêmes, comme dirait l’adage) de vous mettre l’eau aux yeux…

IMG_9454

(suite…)

Ecrin de douceur

Vadrouille #2 – Chambre d’hôte magique

Est-ce que c’est une question d’âge ? Tentes de camping à même le sol, caravanes, arrière de voiture, hutte dans la jungle (avec des cochons sous le plancher), plage de sable moyen-fin, champs, chemin de terre, igloo et puis toutes sortes d’hôtels miteux, de dortoirs surpeuplés et d’auberges de jeunesse, les lieux dans lesquels nous avons pu dormir sont innombrables (et parfois innommables). Mais là… va savoir pourquoi… il suffit. Pour le dos, la nuque, les rêves, la tête surtout, on a besoin d’une base de confort. Pas trop, pas de quoi fouetter un chat, non, juste propre, beau, accueillant, qui sent bon, qui a une belle vue, un bon petit-déjeuner… la base, quoi. Si Josette est plutôt hôtels, Josiane aime se perdre chez l’habitant. Mais pas n’importe où ni n’importe lequel. Elle recherche des petits bijoux, des chambres surprenantes, des chambres charmantes. LA Chambre Douce.

jjsphere_pics_chambre-douce9

(suite…)

Sylvia Sylvia

Maroquinerie faite main à Genève

– « Dis donc Josette. Je peux savoir pourquoi tu m’emmènes dans une station service ? Je n’ai pas besoin d’essence et puis je ne suis pas du genre à snifer le benzène, c’est pas trop ma came, je préfère renifler la tarte aux pommes ou le parfum d’un mâle, tu vois, quand il se réveille après une petite sieste au soleil… »
La décence nous enjoint à stopper net la transcription de cette conversation qui n’a d’ailleurs rien à voir avec le sujet du jour puisque ce n’est pas du tout pour de la Sans Plomb 95 que nous nous sommes déplacées jusqu’à la Croix-de-Rozon. C’est pour rencontrer René. René René à vrai dire. Et ce n’est pas le pompiste.

jjsphere_pics_rene-rene5

(suite…)

Oust les Saints !

Shopping estival (non, ce n’est pas trop tôt !)

Est-ce qu’on peut sortir le balais pour dégager à grands coups de brosse ces espèces de Saints ? Est-il possible de défenestrer un Saint sans risquer le crime de lèse-majesté et  de se retrouver avec tout le Clergé à ses basques ? Peut-on zigouiller en toute impunité Mamert ? Alors, il faut préciser qu’il n’y a ni complexe oedipien ni crise d’adolescence là-dessous, ni même des capacités discutables en terme d’orthographe. Pas de Noël verdoyant non plus. Il s’agit bien de Mamert, avec -ert. Mamert qui, avec ses comparses désagréables Servais et Pancrace (les parents étaient cruels au Moyen-Âge, c’est bien connu), prend un malin plaisir à dézinguer nos espoirs et geler notre optimisme. Sans même oser évoquer le drame des vignerons qu’ils ont, sans aucun scrupule, privés de leur récolte en claquant de leurs petits doigts boudinés et vils. Un Saint, ce n’est pas toujours positif, sachez-le. Il y a des Saints qui sont potes avec la Reine des Neiges et qui se gaussent bien de mon désarroi face au Clémentinier trop vite sorti de la protection tempérée de mon salon. Il peut débarquer ce fichu beau temps ? Dites-donc Pancrace, vous pouvez laisser libre champs à la chaleur et aller voir avec vos mortifères alliés de glace au Pôle Nord si nous y sommes ?
Ben oui, qu’on puisse un peu faire du shopping, vous voyez…

jjshop_sac6

(suite…)

Caramel en pleines formes

Concept Store pour tous en Queen Size

– « Dis-voir (il ne manque plus qu’écoute-sentir et on les a tous !) Josette, et si on allait dans un concept store aujourd’hui ? » Quoi ?! Un concept store ? Qu’est-ce qu’il peut rester de conceptuel dans un modèle pris, repris, étiré, galvaudé, dispersé, multiplié, reproduit, affadi ? À vrai dire, ce n’est plus qu’un nom anglicisé pour définir un bazar sans fil rouge, non ? Dans bien des cas, il faut effectivement le déplorer mais ne mettons pas nos grands sabots dans la cuve de la généralisation. Il existe des perles, des originalités. C’est le cas de Caramel Beurre Salé. Et on va vous dire pourquoi…

jjsphere_pics_caramel-beurre-sale7

(suite…)