Panorama et vieilles pierres

Sicile épisode #5 : Vue à couper le souffle à Taormina, le Saint-Tropez de la Sicile

Ça sent déjà le retour. Tout a une fin. Qu’est-ce qu’elle est désagréable cette phrase ! « Tout a une fin. » Gnagnagna. Pourquoi ? Pour qu’on en profite à fond ? Parce que soi-disant, si ça devait durer un peu plus que jusqu’à la fin, on ne saurait pas se rendre compte de la chance qu’on a et on surferait sur le plaisir et le bien-être avec désinvolture et dédain, sans le croquer à pleines dents ? Mouais. Ça sent l’entourloupe « mariage pluvieux mariage heureux » ! Est-ce qu’on peut faire un test, juste pour cette fois ? On veut bien être les cobayes de l’expérience unique et extrêmement importante qui a pour but de définir si l’humain est capable de savourer chaque instant, chaque minute, de se délecter de vacances qui dureraient indéfiniment. On s’inscrit.

jjsphere_pics_sicile-taormina8

Notre candidature n’a pas été retenue pour cette fois et nous sommes donc contraintes d’emprunter la route du retour. Mais il ne sera pas dit que nous nous morfondrons dans le coin d’une voiture des heures durant ! Il est toujours possible de pimenter un retour à condition d’y réfléchir un tout petit peu et de prendre le temps. Il y a un temps pour le séjour mais il y a aussi un temps pour le retour, sachez-le ! Et si vous transformez votre trajet en visite, votre retour en vacances, il sera plus doux.
Nous remontons donc le ballon sicilien aujourd’hui pour aller prendre le bateau à Palerme… en faisant une escale à Taormina. Départ à 7h tapantes, la voiture est chargée, les enfants crémés, les têtes chapeautées. Parce qu’il ne faut pas arriver trop tard à Taormina si on veut trouver une place à l’ombre dans l’un des petits (minuscules) parkings qui bordent la ville piétonne. Si la bonne fortune ne vous sourit pas, il y a toujours moyen de vous garer dans la partie basse de la ville et de prendre la navette téléphérique.

jjsphere_pics_sicile-taormina1 jjsphere_pics_sicile-taormina4

Les portes de la ville s’ouvrent à nous, les magasins de souvenirs, les cordonniers, les tanneurs, les confiseries. Mais avant tout, et surtout avant midi, nous allons arpenter les ruines du Théâtre Antique. Une merveille que nos ancêtres grecs à toges et sandalettes ont érigée en surplomb de la baie et qui offre une vue à 360° sur la mer. Nous ne pouvons rendre justice à la beauté de ce site avec des mots, vaguement avec des photos, le mieux reste d’aller y faire un tour.

jjsphere_pics_sicile-taormina5 jjsphere_pics_sicile-taormina6

Des vieilles pierres, il n’y en a pas que dans l’enceinte du théâtre. Toute la ville est un caillou fait de cailloux sur un gros caillou. Avec des petits cactus dessus. Oui, c’est la décennie du cactus (parce que nous ne pensons pas que la folie verte s’arrêtera en si bon chemin) qui recouvre une réputation en maître de la déco sobre et de bon goût après des siècles de mauvais traitements et de piquants qualificatifs. Vive le cactus. Et outre les épine, si nous laissons nos yeux vagabonder de détails en détails, nous nous imprégnons de ce que la Sicile a de plus coloré.

jjsphere_pics_sicile-taormina9 jjsphere_pics_sicile-taormina2jjsphere_pics_sicile-taormina11

Bien entendu, la petite cité perchée est bien plus touristique que les villes précédentes que nous avons traversées mais ne manque pas de charme pour autant. Ce n’est pas parce que Rolex et Dolce&Gabbana dressent leurs enseignes sur le Corso Umberto qu’il n’est pas possible de dénicher des artisans plus modestes et autochtones, ce n’est pas parce qu’une personne sur deux parle français qu’il n’est pas possible d’entendre baragouiner un peu de patois dans la barbe d’une vieille dame (pardon, mais oui, elle était barbue), il suffit d’être attentif. Mais ce n’est pas un mal de se laisser emporter par les charmants travers d’un tourisme assumé et de photographier en long en large et en travers le panorama entre large et Etna depuis la Piazza IX Aprile. Et pourquoi pas ?

jjsphere_pics_sicile-taormina12 jjsphere_pics_sicile-taormina13

Vous vous doutez bien qu’après toute cette marche au soleil, toutes ces pierres méticuleusement observées, nous avions un creux ! Précipitation, verre de blanc et Spaghetti alle Vongole chez Don Ciccio. Nous avons effectivement des vacances à thèmes, nous misons sur une rue, sur un prénom, sur un aliment et sur le cactus, évidemment. Ciccio, donc, qui a parfait cette dernière journée italienne ensoleillée avec simplicité et convivialité.

jjsphere_pics_sicile-taormina16 jjsphere_pics_sicile-taormina15 jjsphere_pics_sicile-taormina17

Des spaghetti et c’est reparti ! Nous reprenons la route la tête pleine d’idées pour la rentrée, gonflées à bloc, de la crème à la pistache dans le coffre et du soleil dans la peau. Il faut au moins ça pour préparer notre pauvre carcasse au stratus automnal. Mais c’est encore loin tout ça, c’est l’été…

ENJOY THE SUMMER !

Cet article vous a été concocté par le blog JJSphere :
les bons plans, où sortir à Genève et les voyages des blogueuses Josiane & Josette !

Laisser un commentaire / Post a comment