Un été à l’Orangerie

Un théâtre estival qui sert des verres, des assiettes et des répliques

S’il y a un truc enthousiasmant et réjouissant quand on ne quitte pas la ville en été, outre le trafic fluidifié qui fait plaisir, c’est l’offre culturelle qui sévit aux quatre coins de Genève. Gratuite ou payante, in ou off, les propositions ne manquent ni de diversité, ni de punch. Et comme tout le reste de l’année déverse son lot de flemme et de fatigue qui plombent nos basques au moment de sortir, profitons de la belle saison pour redorer notre blason. Séance de rattrapage au théâtre saisonnier du majestueux Parc La Grange : Le Théâtre de l’Orangerie.

jjsphere_pics_orangerie1

(suite…)

Tour de rade

L’été se fera au bord du lac Léman ou ne se fera pas :
des événements en itinérance sur tout le tour du lac en 80 jours

Pour le premier coup d’éclat de votre été 2017, comment ne pas passer à côté de l’initiative la plus chouette du bout du lac ? Oui, nous avons dit chouette, parce que ce mot est passé du côté has been de la force bien injustement et bien trop vite. Telles deux gentils rapaces aux yeux affutés à 360°, Josiane&Josette sont également noctambules et nyctalopes. Nous aimons donc les initiatives qui veillent à rendre les nuits inoubliables. Les fins de journées aussi d’ailleurs. C’est la raison pour laquelle vous ne pouvez manquer de participer une fois, deux fois, 80 fois, à la première édition du Tour de la Rade qui parsème les rives du lac d’événements conviviaux et musicaux jusqu’au 20 août.

18921770_616021435271704_8696743117917095539_n

(suite…)

Genève – Brooklyn

JJ Meet le pianiste de jazz Sebastien Ammann

Pas besoin de nous dévisager comme ça. Pas besoin de nous passer à la questionnette ou de nous faire subir le supplice de la langue de chèvre. Nous avouons. Sans torture ni menace, nous avouons que nous avons un faible pour les musiciens. Pour les musiciennes aussi, bien entendu, mais ce n’est pas pareil. En mettant de côté tout l’aspect fan club de midinettes, ce qui nous fascine, c’est la virtuosité, la capacité à faire chanter un morceau de bois ou de cuivre, la porosité du corps en transe qui laisse échapper son âme. Le langage des doigts sur l’objet, la sensualité de l’accouplement entre air et chair. C’est chaud. Alors on vous en présente un autre. Un pianiste, encore un, un noiraud, encore un, un Sebastien, et ça c’est le premier. Sebastien Ammann, en virée musicale depuis Brooklyn, est venu rendre une petite visite à vos copines JJ.

jjsphere_pics_sebastien-ammann1

(suite…)

Semaine belge : en musique

Les Dalton sont belges et font de la musique

Tagada Tagada voilà les Dalton ! D’accord, c’est la référence la plus ringarde qui soit au monde, d’accord, il n’y a que les vacanciers qui sont restés coincés dans un karaoké de camping qui connaissent encore Joe (à prononcer Jo et non D’Jo). Dassin, pas Dalton. Lucky Luke, lui, espérons-le, a une réputation increvable et indémodable, comme celle des frangins du crime, des taulards les plus réputés de l’Ouest. C’est pour ça que nous nous sommes précipitées pour entendre et découvrir la fratrie échelonnée venue du Nord. Du Nord-Ouest même, un tout petit peu, si on calcule depuis la Suisse. Quand ils ont poussé la chansonnette au Festival Voix de Fête, en camion mais sans CD’s, barbus, moustachus, chevelus (pas tous), au verbe décomplexé et à la poisse souriante de l’éternel quatrième, celui qui loupe systématiquement les marches du podium, ces Dalton’s des temps modernes nous ont charmées. Nous avons taillé une bavette avec le chanteur du groupe, rentré à Liège, à l’occasion d’un petit Skype « semaine belge ». M’sieurs Dames, tenez-vous prêts pour Dalton Telegramme. Tagada.

jjgeneva_pics_dalton-telegramme1

(suite…)

Semaine belge : en scène

Farce belge au théâtre Le Poche

C’est un peu facile de se moquer des Belges… quand vous avez envie de sortir une phrase bien cliché sur les frites, les moules, les gaufres et les absurdités, n’oubliez pas que vous êtes peut-être originaires du pays des vaches, du chocolat, des montres et des planqués lents, ou même du camembert, des baguettes, des bérets et du savon hypothétique. Vous serez toujours la tête de turc de quelqu’un. D’ailleurs les Turcs en ont assez d’être les têtes de tout le monde ! Lâchez-les !
Alors, quand les Belges se dévergondent et s’enfoncent eux aussi dans les méandres obscurs des archétypes protectionnistes et des petits esprits, ils le font avec panache. Alpenstock ou l’éveil au monde de Grete et Fritz, c’est encore pendant 3 jours au Poche. Une tonitruante entrée dans notre semaine dédiée à nos amis d’Outre-France.

jjgeneva_pics_alpenstock1

(suite…)